mercredi 20 juin 2018

Féminin pluriel

Il est fier, Asger
Il peut non?
Non, non, 
c'est pas sa fille, là, sur la photo
c'est pas pour ça!
Mais c'est un peu sa fille quand même, en fait.
C'est une école
à Sidhpur
financée
par les Bohras
partis ailleurs
pour faire fortune
ou du moins, pour vivre
et qui n'oublient pas
d'aider ceux qui sont restés
et qui ne sont pas
forcément
des Bohras.
Ces donzelles
sont musulmanes
et Asger est fier
de les voir là
sur les bancs de l'école.
C'est nouveau.
Avant
les filles
restaient à la maison.
Il est fier, Asger
il peut!
Photographie ©Anne Bonneau

mardi 19 juin 2018

Passage obligé

Comme nous voulions suivre
pas à pas
les pérégrinations
des Bohras
en terre natale
ils nous disent
allons.
Allons voir l'Amil.
Ah.
Comme ce n'était pas tout près
j'ai eu le temps
de demander
ce que cela pouvait bien être
un Amil.
Autorité religieuse
m'a t-ton répondu.
Une sorte de Dai, alors?
Sourire
ouf, j'avais vu juste
un sous-Dai, oui, nommé par le Dai.
Le Dai, vous le connaissez
c'est le chef spirituel des Bohras
Bon
ils vous racontent tout cela
bien mieux que moi
Alors qu'est ce qu'on fait
lors d'une visite de courtoisie
à l'Amil?
On met son calot
on le salue
on cause
on transpire quand la clim s'arrête
- moi j'adore, ça fait moins de bruit-
on boit du thé.
Ah non, du café.
Incroyable en ces contrées.
Les Bohras viennent du Yémen.
c'est peut-être pour ça...
Photographie ©Anne Bonneau

lundi 18 juin 2018

Garder le rythme

Les premiers jours
à Sidhpur
dès que tous s’arrêtaient
après le déjeuner
pour une looooongue sieste
jusqu'à six heures, quoi
nous
on en profitait
allez zou
pour sortir
quêter
de quoi nourrir
les Instantanés
dehors.
Bon
évidemment
par 45°C à l'ombre
il n'y a plus grand chose
dehors...
Après quelques jours
on a compris
et on s'est aussi
affalés
sur les coussins
pour un p'tit repos
rythmé par les pales du ventilo
et les doubles bips
de messages reçus :
Le reste du monde
qui veut parler
à Asger
ou Amir
ou Bhuni.
et qui ne sait pas
que là
ici
le temps s'arrête.
en deux temps
sieste oblige...
Photographie ©Anne Bonneau