mardi 18 septembre 2018

Clichés à faire baver

Désolée.
Oui, ça ressemble à un cliché
à faire baver
mais là
vous me connaissez
n'est pas l'intérêt.
C'est bon
des photos comme ça
vous en avez plein d'épinglées sur vos murs.
C'est bel et bien un cliché
mais que de plus malhonnête qu'une plage de sable blanc
aux eaux turquoises à 28 degrés?
Car enfin
vous en connaissez des tas
des îles aux allures de paradis
où les os affleurent
les aiguilles de filaos frémissent d'horreur
j'en passe
et des trucs qui font encore plus peur.
Coëtivy n'est pas en reste
dans les belles vénéneuses
je vous y emmène
et vous oublierez peut-être (ou pas!)
vos envies de robinsonnades.
C'est là, dans "Instantanés du monde à Coëtivy"
Photographie©Anne Bonneau

lundi 17 septembre 2018

Ne touche à rien!

Ne touche à rien
ne fais pas de mouvement brusque
voire
retiens ton souffle
et non
c'est pas une bonne idée
de vouloir faire l'interview du pilote
qui t'a demandé de te caser là
à côté de lui
vu que de toute façon
les quatre places de son petit avion
étaient déjà prises.
Faut dire qu'il n'y a pas de d'avion de ligne
et pas souvent d'avion tout court
pour rallier les îles lointaines
celles que même les Seychellois
ne connaissent pas forcément
même si elles font partie de leur archipel.
Celle-ci
l'île-que-j'attendrai-si-je-ne-fais-pas-de-faux-mouvement
Coëtivy
les Seychellois n'ont plus trop envie de la visiter
vu qu'aujourd'hui
on y a casé la prison (centrale?)
ou des prisonniers en "rééducation"
et aussi des personnes en cure de désintoxication.
mais
quand j'y suis allée
ce n'était pas encore une prison
cette île paradisiaque (paradisiaque?)
découvrez-la dans"Instantanés du monde à Coëtivy"
Photographie©Anne Bonneau

vendredi 14 septembre 2018

Java, île Maurice et autres ghettos

Ils sont arrivés au XVIIème siècle
dans les malles des Hollandais
de Java
à l'île Maurice.
depuis ils se sont multipliés
pour le plus grand plaisir
des carnivores de la place.
Aujourd'hui
sur les domaines comme celui de Yémen
on les a à l’œil.
Dans des parcs
il faut faire le tour chaque jour
veiller au barbelé
aux portails cadenassés.
Oh, ce n'est pas la peur du braconnier
mais bel et bien
de l'envie des bestioles
de s'échapper
de leur ghetto doré.
A découvrir dans "Instantanés du monde à Yémen"
Photographie©Anne Bonneau